Croisière en Boutre | Les îles Radama | 7 jours

735 945 

7 jours / 6 nuits

2 personnes minimum*

Privatisation à partir de 6 p.

fr-eau PICTO-ACTIVITE-CROISIERE-M

  • Navigation de Nosy Be aux iles Radama Aller/Retour
  • Pension complète du J1 à J7
  • Boissons inclues
  • Hébergement à terre
  • Balades, visites et plongée en apnée

**CGV : Les tarifs de groupe vous engagent

Effacer

Clear dates

Description

A propos du Séjour en boutre à Madagascar : Nous embarquons à bord d’un boutre malgache magnifique pour partir à la découverte d’une région où la mer représente la seule voie d’accès. Dans le but de réaliser un véritable voyage extraordinaire, nous tenons à préciser que les étapes indiquées ci-dessous peuvent être modifié à tous moment par le guide en fonction du vent, de la marée, de la chance ou tout simplement des envies de chacun. Nous serons opportunistes et nous ne manquerons pas une occasion d’aller à la rencontre des sakalava, de leur boutres, des pirogues et de tout ce qui se passera à portée de nos sens sur terre comme sur mer. Nous nous faufilerons tranquillement dans un univers superbe, unique, vivant et culturellement très riche. Le but de ce voyage de découverte est de rester au diapason de chaque instant qui s’écoule, et de se rapprocher toujours plus prés du merveilleux que contient cette région fabuleuse.

A propos des bateaux : Les boutres sont des bateaux d’origine arabe. Leur histoire extraordinaire remonte à plus de mille ans, et le royaume de ces bateaux sortis de la nuit des temps s’étend du sud de l’Inde jusqu’au Nord Ouest de Madagascar en passant par le Yémen, Djibouti, Le Kenya, La Tanzanie, et enfin, Les Comores.

Nous disposons de deux grands boutres Sakalava (Ethnie du Nord de Madagascar). Ils ont étés entièrement réalisés avec des outils traditionnels par des charpentiers Sakalava. Leur construction, sans plan préalable, nécessite plusieurs années de chantier au cours desquelles rien ne fut ménagé pour en faire les plus beaux boutres de la région.

  • Bateau 1 / Bateau 2
  • Longueur hors tout: 16,50 m / 14,50 m
  • Largeur: 5,05 m / 4,65 m
  • Tirant d’eau: 0,90 m / 0,80 m
  • Matériau des voiles: coton
  • Surface de voiles: 145 M² / 115 M²
  • Poids: environ 30 tonnes / environ 20 tonnes
  • Capacité de charge: 30 tonnes / 20 tonnes

A propos de la croisière : 4 à 6 heures maximum sur la mer, dont une heure environ à plongée et se baigner. En moyenne par jour, vous passerez donc 18 heures à terre. Vous pourrez plonger en apnée tous les jours (1 heure à une heure et demi par jour) dans des profondeurs moyennes entre 2m et 6m. La plongée en apnée n’est pas une obligation, on peut se contenter de se baigner au dessus des coraux, tout simplement. Pas de plongée bouteille disponible. Pour le reste de la journée, des balades à pied sont proposées, de 1 à 2 heures. Elles permettent d’approcher la nature et les habitants d’une manière simple, enthousiaste, et conviviale.

A propos de hébergement : Vous dormirez à terre, dans des tentes igloos de qualité, prévues pour 2 personnes. Des matelas auto gonflants de qualité (50 à 70 mm d’épaisseur) et une paire de draps par personne sont fournis. Serviettes, oreillers, couverture ou sac de couchage ne sont pas fournis.

A propos des sanitaires : douches généreuses tous les jours à proximité de sources, puits, ruisseaux et rivières (eau douce).

A propos du confort à bord : L’espace est aménagé pour passer un moment confortable lors de la navigation. Tout a été conçu à bord pour porter les rêves exotiques de découverte au delà des normes. Six hommes d’équipage, un espace énorme, des tapis africains en laine, des plateaux ciselés et théières en cuivre, des coussins confortables, des poulies en bois énormes et des cordages épais composent le décor quotidien d’un voyage en boutre, à l’ombre généreuse d’une immense toile de coton. Nos boutres vous plongeront profondément dans un univers d’un autre temps, d’un autre monde. Pas de système de froid à bord. Idem pour les boissons : Pas de boissons gazeuses à bord. Les boissons seront faites sur place (jus de fruits, cocktails avec ou sans alcool). Pas d’eau minérale à bord : L’eau de source est traitée au chlore liquide (expéditions scientifiques ou militaires).

A propos des repas : Cuisine au charbon de bois à bord et au bois sec à terre. Votre repas de tous les jours vient de la chasse sous marine, la pêche, l’achat de poissons et crustacés aux pêcheurs, l’achat de nourriture aux villageois, la cueillette de fruits divers. Comptez une heure et demie par jour pour trouver de quoi manger, cela fait partie du plaisir de la découverte.

A propos de la sécurité : Nous naviguons à proximité de la côte (entre 100m et 2kms). Pas de grosse prise de risques donc. Nos guides sont tous des natifs de la région. Ils sont très habitués à la vie en brousse. Il sauront assurer votre sécurité et vous faire partager mille petites choses du quotidien de ce monde décalé.

Ce pack inclut :

  • Pension complète de J1 à J7
  • Hébergement à terre
  • Visites, balades et plongées en tuba

Exclut :

  • Les billets d’avions
  • Les pourboires

Cliquez ici pour naviguer à Madagascar.

Programme des activités

Nosy Be à Anjiabe

Rendez-vous à 6h45 dans nos locaux au bord de la plage pour un petit déjeuner sympa. Nous embarquons à bord de notre boutre après le choix du matériel de snorkeling et quittons Nosy Be pour rejoindre dans un premier temps un petit lagon sur la Grande terre, Ankatafa  (1h45 de traversée tranquille). Baignade, plongée apnée et notre première découverte  d’un monde sous-marin coloré, riche, et varié . Puis, après une courte navigation à la voile ou au moteur, atterrissage à Anjiabe, longue plage de 3km bordée par des filaos et une cocoteraie semi abandonnée. Nous sommes sur un site aux marées basses extraordinaires et c’est là que nous bivouaquons. Après un apéro et un repas de fruits de la mer, sieste, baignade et pour ceux qui le désirent, ballade pédestre pour observer les nombreuses espèces d’oiseaux, pour la plupart endémiques à Madagascar. Coucher de soleil sur Canal du Mozambique, apéro, repas… Et bonne nuit !

Anjiabe à Ambatofotsy

Lever 6h00, et départ matinal pour  trois heures de traversée, longeant une côte splendide au relief varié et boisé. Nous plongeons en cours de route sur un site tout à fait différent de la veille, en bord de côte. Nous ne cherchons pas à visiter systématiquement des spots de plongée chatoyants et colorés, car nous préférons montrer la diversité sous marine par tous les aspects de biotope qui caractérisent si bien la région que nous visitons. Puis, à la voile ou au moteur, nous poursuivons notre voyage vers Ambatofotsy. Le village d’Ambatofotsy s’étire tranquillement au ras d’une longue plage dorée. C’est un site important concernant les traditions Sakalava, toujours vivantes, de la lignée royale locale. Les habitants, comme d’habitude, sont adorables. Le village est charmant, et les environs offrent un point de vue splendide. Nous nous promenons dans un univers où les roses et les verts soulignent poétiquement la grâce de l’immensité que nous devinons. Les lémuriens diurnes traversent souvent ce village en fin d’après midi jusque tard dans la nuit, et une autre espèce nocturne, plus petite, s’amuse souvent à voler le vin de palme qui coule des fleurs des cocotiers juste au dessus de nos têtes. Le soir, apéro, repas et excellente soirée à la lumière des lampes tempête.

Ambatofotsy à Nosy Ambariopotaka

Départ en fonction de la marée, plus ou moins tôt le matin, vers l’Île la plus au Nord de l’archipel des Radama. (1h30 de traversée). Nous plongeons aux abords de notre première île des Radama. Les coraux ne sont plus les mêmes, car nous sommes à proximité des bancs du large qui nous narguent à quelques kilomètres vers l’ouest. Nous sommes sur Nosy Ambariopotaka qui culmine à 166 mètres d’altitude et compose un paysage encore nouveau. le sable blanchit, les cocotiers sont nombreux, et nous bivouaquons face à l’immensité océane du canal du Mozambique. Juste à côté, un petit hameau et une ou plusieurs coques de boutres en construction reposent sur le sable, entourées par des pervenches roses et blanches. André, le charpentier Sakalava du lieu, les construit selon des traditions séculaires, et il est probablement un des meilleurs charpentiers de la région. Nous sommes au bord d’un paradis, entourés par un lagon de rêve, vif et tiède.  Plongée sous-marine facile à partir de la plage car la barrière est toute proche (100 mètres !), balade pédestre dans l’Île, discussions, farniente …… Nous ne sommes déjà plus tout à fait les mêmes…… ce monde nous devient déjà familier, et on se demande avec gourmandise quelles surprises nous accompagneront demain. bonne nuit tout le monde, et à demain !

Nosy Ambariopotaka à  Nosy Berafia

Après un lever bien matinal, nous nous rendons vers Nosy Berafia (45min), la plus grande Île de l’archipel des Radama (2500 ha). la moitié Sud est couverte de plantations plus ou moins abandonnées (café, poivre, ylang-ylang, piment), elles mêmes dominées par de grands arbres ombriers. Des chauves-souris énormes et frugivores par dizaines, des pigeons verts, des parfums enivrants, la maison coloniale du “commandeur” de cette  ex-concession et un grand village. Tout pour nous plonger dans un charme exotique et colonial des années 20. Nous plongeons sur un site encore différent et très riche au bord du lagon de Nosy Berafia. En fonction de la houle et du vent, nous pouvons également faire une plongée découverte sur le banc « de corail noyé » qui nous nargue depuis hier…. C’est à voir entre nous en fonction des circonstances. A terre, nous nous baladons sur les collines rouges à la surface desquelles brillent des milliers de diamants… Nous contemplons un paysage splendide sur tout le bassin des Radama…exceptionnelle beauté que bien peu de témoins ont eu l’honneur de contempler. Nous sommes dans un paysage de vallons boisés, de terre rouge, de cocotiers, de forêts, de luxuriance, et de zébus …… rencontres avec la brousse, les gens, et découverte à pied de cette île étonnante. On en profite aussi pour refaire quelques réassortiments de produits de base, car il y a une « boutique » sur cette île… A la nuit, on se retrouve à l’apéro sous les cocotiers. Les pirogues des pêcheurs forment des ombres étranges sur le sable, et quelques enfants nous regardent timidement à distance ; ils sont prêts à éclater de rire à la première occasion, au premier regard ! Discutions sous les étoiles, rigolades, tapas, caïpirinha, repas de notre pêche, avant d’aller se coucher avec le bruit du ressac dans la tête. A demain !

Nosy Berafia à Nosy Antanyfaly

Nous quittons notre Île pour environ une heure de traversée vers l’ile d’Antanyfaly et nous plongeons en cours de route. Le choix du site de plongée, à ce stade du voyage, dépend beaucoup de l’esprit du groupe, et des dispositions de chacun. Nous pouvons donc plonger dans un autre endroit du lagon, revisiter notre « banc de corail noyé » au large ou ( et) plonger au bord du lagon de notre nouvelle escale du jour. Le nom de cette île des Radama signifie « la terre facile… ». Nous traversons un grand lagon lumineux bordé par une très longue plage de sable blanc. Ici, les marées basses semblent interminables, la nature est plus sèche, plus aride. Le parfum de l’air est océanique, la plage est sauvage, le blanc et la lumière dominent…. De curieux petits oiseaux courent au ras de la marée… Nous sommes sur l’île malgache la plus avancée vers l’Afrique. La nature semble plus aride, et pourtant, nous nous baignons dans une source limpide sous l’œil amusé d’un martin chasseur (très rare) ou d’un gobe mouche du Paradis (moins rare). Nous nous promenons l’après midi dans cette curieuse atmosphère océanique, le long des filaos (conifères tropicaux) et nous escaladons des pentes herbeuses dont les aloès épars et les bouquets de manguiers placent notre imagination confondue entre Afrique et Mexique… le panorama est grandiose et troublant….. Encore une fois !

Nosy Antanyfaly à Ambariomena

Nous quittons Antanyfaly pour environ deux à trois heures de traversée vers Ambariomena et nous plongeons en cours de route, en fonction de nos envies soit au bord d’une île au passage, soit au bord de la Grande Terre que nous somme en train de rejoindre vers le Nord. Arrivée en fin de matinée à Ambariomena. Nous sommes au creux d’une sorte de fjord malgache tranquille comme un lac, bordé de petites plages de sable orangé, le tout dominé par une forêt abrupte et sillonné par des langues de grès rosés. Ce bras s’enfonce ensuite profondément dans un dédale de palétuviers pour finir en rivière aux pieds de monts couverts de forêt primaire. Nous installons notre camp à côté d’ un petit village très calme, et, en fonction des marées, l’après-midi, nous remontons le bras de mer juste derrière …l’eau se fait de plus en plus mince au milieu de cet enchevêtrement de mangroves surréalistes…la vie, pourtant intense, se fait discrète… tout ou presque est nurserie ici…..tout est étrange, fragile ! Nous rejoignons notre camp dans la lumière rasante du crépuscule qui illumine des roses et des verts à n’en plus finir. Le soir, nous échangeons nos impressions sur ce lieu splendide qui regarde passer en silence les boutres, les pirates, et les aventuriers de tout bord depuis des siècles. Repas sous les étoiles, environnés par les bruits de la forêt et, bonne dernière nuit, bercés par les sons du village.

Ambariomena en passant par Marotony vers Madirokely (Nosy Be)

Départ de bonne heure comme d’habitude pour une journée pleine de surprises même si c’est la dernière. Nous plongeons en cours de route pour nous rafraîchir, nous régaler les yeux, et attraper éventuellement de quoi faire une gourmandise. Mais à ce stade du voyage, ce sont les yeux qui comptent. Nous visitons donc une réserve sous marine peu connue à une trentaine de kilomètres de Nosy Be. Le paysage tout autour de nous est grandiose et, en fonction des goûts des uns et des autres, nous insistons sur cette dernière plongée ou nous rejoignons la tranquillité légendaire de la Baie d’Ambavatoby à un quart d’heure de navigation. Farniente, baignade et plongée avant un dernier repas à bord, puis, nous envoyons  nos lourdes voiles pour rejoindre Nosy Be. Le chant des cordages, le bruissement de l’eau contre la coque… le paysage immense, entre ciel et mer, mi oiseau et mi bateau, nous glissons vers Nosy Be poussés par les rayons dorés du soleil couchant.  Perdus dans nos rêves, nous toucherons Nosy Be vers 17h00.

Informations complémentaires

Taille du groupe**

2, 3 à 4, 5 à 6, 7/8

Vous aimerez peut-être aussi…